Au moment ou la suppression de sous-préfectures en France est monnaie courante, un entretient avec la sous-préfète Martine Laquièze nous permet de comprendre l’importance de cet organe d'État dans une commune comme Dieppe.

La sous-préfecture de Dieppe est-elle visée ?

Selon le rapport de la Cour des Comptes, notre établissement n'est pas concerné par une fermeture : « ce sont les petites structures qui sont remis en cause et particulièrement celles de 10 à 12 salariés ». Actuellement, la sous-préfecture de Dieppe compte une quarantaine d'agents.

Image : http://www.paris-normandie.fr

Selon la sous-préfète, les dieppois ne devraient pas s’inquiéter sur l'éventualité d'une fermeture. En effet, « par son rang démographique, elle est 30ème sur les 240 sous-préfectures existantes, la sous-préfecture de Dieppe est l'une des plus importante. Elle compte 220 000 habitants avec un vaste territoire à couvrir pour une sous-préfecture. de plus de 3 000 km². »

Quelles sont les missions de la sous-préfecture ?

« Elle a une mission régalienne en délivrant différents titres, notamment la délivrance de la carte grise, du titre de séjour ou encore du permis de conduire. Elle assure également le contrôle de légalité vis-à-vis du maire, comme dans la construction pour les marchés publics, même si les instructions sont centralisées à la préfecture, à Rouen. [...] La deuxième mission est la coordination et l’animation du service de l’État. »

Bien avant l'ouverture de la sous-préfecture de Dieppe, nombreux sont les usagers qui attendent déjà devant l'entrée. (image : http://www.lesinformationsdieppoises.fr)

Si la sous-préfecture de Dieppe disparaissait, internet pourrait faciliter les démarches ?

« Il est toujours possible de tout centraliser sur la Préfecture de Rouen et sur internet. D’ailleurs, de nouvelles applications informatiques ont vu le jour pour traiter les demandes de permis de conduire, il en est de même pour la carte grise en ligne. Mais, selon la sous-préfète, tout le monde n’a pas accès à internet et pour ces usagers cela impliquerait de se déplacer jusqu'à Rouen. Cela allongerait également les délais d’attente déjà très long notamment dans certains services comme celui des immatriculations (carte grise). Par ce maillage et la répartition des tâches entre la préfecture et la ou les sous-préfectures, les problématiques locales sont bien saisies et prises en compte, selon Martine Laquièze. Ce qui ne serait pas le cas si tout était centralisé à Rouen. Quoi qu’il en soit, il appartient aux décideurs politiques de prendre leur décision. »

L'équipe de Cartegrise.com

Sourceshttp://www.paris-normandie.fr  /  http://www.lesinformationsdieppoises.fr

Commentaires