Voiture électrique : développement d’1 million de points de charge d’ici 2020

Publié le
par

Mis à jour le Thursday 5 September 2019

Le Ministère de la Transition Écologique et Solidaire a publié le 25 janvier 2019 la Programmation Pluriannuelle de l’Energie (PPE) qui fixe les priorités d’actions de la politique énergétique de la France. Ce projet, instauré par la loi sur la transition énergétique pour la croissance verte, doit permettre à la France de respecter ses engagements européens et l’Accord de Paris pour le maintien d’un très faible niveau  d’émissions de gaz à effet de serre. Un de pilier de la PPE concerne le développement de la mobilité propre notamment par le biais d’une augmentation du parc automobile électrique et du nombre de points de charge.

Augmenter le nombre de véhicules propres

Pour atteindre ses objectifs ambitieux, l’Etat compte maintenir les dispositifs d’incitation à l’achat et fiscaux pour augmenter le nombre de véhicules à faible émissions (voitures électriques, hybrides rechargeables, etc.). Mis en place déjà depuis 2008, le dispositif du bonus/malus (écologique) sanctionne l’achat de véhicules particulièrement polluants ce qui se traduit par une majoration parfois considérable du prix de la carte grise lors de la première immatriculation. Le bonus écologique quant à lui représente une aide à l’achat d’une voiture électrique neuve qui est soit déduit directement du prix d’achat par le concessionnaire soit remboursée par l’Etat après achat.

Le bonus écologique peut être cumulé avec la prime à la conversion mise en place en 2018 en cas de mise au rébus d’une voiture ancienne. Mais la volonté d’incitation à l’achat d’un véhicule propre ne se limite pas uniquement aux voitures neuves, car presque toutes les régions de France Métropolitaine exonérèrent partiellement ou intégralement l’immatriculation des véhicules propres de toutes taxes liées à la carte grise.

La poursuite de ces soutiens à l’achat a pour objectif d’atteindre à l’horizon 2023 un parc de 2,4 million de véhicules électriques et hybrides rechargeables.

Déploiement de l’infrastructure de recharge

Afin de soutenir le développement de mobilité propre visé, la PPE prévoit une augmentation des points de distribution de carburants alternatifs. Le projet prévoit une mobilisation de différents dispositifs de financements comme  par exemple le CITE (Crédit d’impôt pour la transition écologique), le PIA (Programme d’Investissement d’Avenir) ou encore le CEE (Certificats d’Economie d’Energie), etc.

L’Etat souhaite également faciliter l’installation en faisant évoluer le droit des copropriétés, mais également la recharge en entreprise en réformant le dispositif de l’avantage en nature. Au total, ces actions devront permettre la création d’un millions de points de charge (bornes de recharges électriques et stations gaz (GNV) et hydrogène) d’ici 2020.

Plein phare sur les électriques également chez les professionnels

Les constructeurs de leur côté se mettent également aux véhicules propres et certain d'entre eux proposent des offres intéressantes pour promouvoir leurs modèles. Suzuki a récemment annoncé vouloir arrêter les moteurs diesel pour se concentrer sur le développement de la technologie hybride. BMW offre 30 000 km de recharge pour l’achat de son modèle électrique i3. Nissan double la prime à la conversion pour l’achat d’une Nissan Leaf tout comme Toyota qui offre une prime à l’hybride pour l’achat d’un de ces modèles hybrides. D’autres, comme Citroën par exemple, offre des pack recharge et des prises ou encore les bornes de recharge et leur installation.

Certains fournisseurs d’électricité proposent eux aussi des offres spécialement dédiés aux recharges  des voitures électriques comme un pass recharge ou 1 an de recharge offert pour inciter les automobilistes de passer à l’énergie « verte ».

La voiture propre a visiblement le vent en poupe !

Rédigé par

Rédacteur Cartegrise.com

PARTAGER CET ARTICLE
COMMENTAIRES