Marché automobile français : baisse globale des ventes en 2020

Publié le
par

Après le début d’année extrêmement difficile pour le secteur de l’automobile, paralysé par le confinement lié à la pandémie du coronavirus, juin et juillet ont atténué la chute brutale du marché de l’automobile en France. Mais l’évolution des deux secteurs – neuf et l’occasion – a été très hétérogène sur les 8 derniers mois. Explications !

 

Une chute historique des ventes de véhicules neufs

Déjà en difficulté depuis 2018, le confinement a précipité le marché du véhicule neuf dans une crise grave et surtout structurelle. Comme l’a expliqué au Monde le directeur général France de AlixPartners, Laurent Petizon, « Nous vivons le moment le plus violent d’une crise qui, en réalité, a commencé en 2018 et ceux qui vont moins mal que les autres ont le plus souvent travaillé depuis plusieurs années à abaisser leur point mort industriel ».

En effet, toute activité commerciale non-essentielle ayant été proscrite, les ventes de véhicules ont baissé de 72 % en mars, de 88,8% en avril pour remonter un peu en mai (-50,3 %). Pour confirmer les dires de Laurent Petizon, cette crise a plus ou moins impacté les différents constructeurs : sur un an, une baisse de 8,4 % chez PSA contre moins 20 % pour le groupe Renault, tandis que chez Volkswagen, les ventes ont chuté de 35 %, alors que la baisse chez BMW est moins importante (-4,4 %). Certains constructeurs ont même réussi à faire progresser leurs ventes comme par exemple Toyota (+0,4 %).

Dans une tentative de sauvetage du secteur automobile, les différents gouvernements européens ont mis en place des plans de soutien avec des aides et primes pour l’acquisition d’un véhicule neuf. En France, la revalorisation de la prime à la conversion couplé au bonus écologique a donné un petit coup de boost au marché de l’automobile en juin et juillet limitant ainsi un peu la casse. Globalement, le marché français des voitures neuves a reculé de 32 % en données brutes sur les 8 premiers mois 2020.

Malgré la prévision des experts d’une baisse de 20 % du marché automobile mondial pour l’année 2020, le CCFA (Comité des constructeurs français d’automobiles) se veut rassurant. Selon le Comité, la tendance du mois dernier serait normale surtout comparée aux mois d’août 2019 et 2018 pour lesquels des changements de réglementation auraient artificiellement gonflé les chiffres. Son porte-parole, François Roudier, a confirmé cette position auprès de l’Agence France-Presse : « On retrouve cette année un mois d'août normal. On comble progressivement le trou terrible creusé durant le confinement ». Il assure que « les commandes pour septembre sont bonnes, le troisième trimestre va être bon ».

 

Des chiffres records pour la vente des véhicules d’occasion en juin et juillet

Le période du confinement a été difficile pour tout le marché de l’automobile, neuf et occasion. Entre janvier et fin mai, les ventes des véhicules d’occasion avaient baissé de 26,2 %.  Toutefois, comme pour le secteur du neuf, les mesures gouvernementales ont eu leur effet sur les ventes des véhicules d’occasion.

En effet, juin et juillet ont été deux mois record pour le marché de l’automobile d’occasion : 29,2 % de progression en juin et +13,3 % en juillet comparés aux mêmes mois en 2019. De plus, avec 642 746 immatriculations de voitures d’occasion, le mois de juillet est le premier mois a dépassé les 600 000 immatriculations sur un mois en France. Contrairement aux ventes de véhicules neufs, le secteur de l’occasion a continué sa progression avec une hausse de 16,8 % en août, qui était par ailleurs le meilleur mois d’août depuis 10 ans. Ainsi, la baisse totale du marché de l’automobile d’occasion a été réduite à -9,1 %.

Selon l’Argus, sur les 7 premiers mois de l’année, ils se sont vendus plus de 3 fois plus de véhicules d’occasion que de véhicules neufs (ratio de 3,4 VO pour 1 VN). Pour comparaison, sur toute l’année 2019, ce rapport était de 2,6 véhicules d’occasion pour 1 véhicule neuf immatriculé. Toujours selon l’Argus, les véhicules d’occasion âgés de 5 ans et plus ont représentés 59 % des immatriculations du marché de l’occasion en juillet. Toutefois, les plus fortes progressions ont été observées pour les ventes des voitures des catégories « 1 à 2 ans » (+28,2 %) et « 2 à 5 ans » (+27,4 %).

En conclusion, malgré une hausse des ventes des véhicules neufs et d'occasion à la suite du déconfinement au mois de mai, le marché du véhicule neuf reste en grandes difficultés et l’année 2020 sous le signe de l’incertitude.

Rédigé par

Rédacteur Cartegrise.com

PARTAGER CET ARTICLE
COMMENTAIRES