Le regard des Français sur les fonctionnaires : l’insatisfaction domine

Mise à jour le 07/10/2021 par
Demander
ma carte grise en ligne

À l’heure où leurs revendications, exprimées dans la rue le 5 octobre, portent notamment sur l’augmentation des salaires, la réduction du temps de travail et l’arrêt de la fermeture de services publics, comment les Français perçoivent-ils les fonctionnaires dans notre pays ? C’est le sujet de l’étude menée par l’Ifop à la demande de cartegrise.com, qui pointe une insatisfaction certaine de nos compatriotes quant à l’efficacité des services publics et une distance affirmée vis-à-vis de certaines des revendications affichées par les syndicats.


Perceptible et mesuré depuis plusieurs décennies, ce désamour semble même s’accentuer au fil des années, comme en témoignent les 57% de Français qui estiment en 2021 que l’administration ne fait pas d’efforts pour faciliter leurs démarches alors qu’ils étaient moins de la moitié à penser la même chose il y a 40 ans.

1 Français sur 2 pour améliorer la rémunération des fonctionnaires, les 2/3 pour augmenter leur temps de travail

L’Ifop a testé auprès des Français plusieurs propositions liées à la modification de leur statut et de leurs conditions de travail.

Enquête: les pistes de réforme du statu t du nombre de fonctionnaire

L’alignement des régimes de retraite des fonctionnaires sur ceux du secteur privé est la proposition qui rencontre la plus forte adhésion parmi les personnes interrogées puisque plus de 3 Français sur 4 (76%) y souscrivent. Si cette mesure est plébiscitée par les électeurs proches de la droite (87%) et de la majorité Présidentielle (88%), elle recueille également l’assentiment de plus de 7 sympathisants sur 10 à gauche (73%), avec toutefois un écart important entre ceux de la France Insoumise (66% d’avis favorables) et d’Europe Écologie les Verts (80% d’avis favorables).
Faut-il augmenter le temps de travail des fonctionnaires ? Oui répondent 65% des sondés. Certes, la proposition est validée de justesse à gauche (51%) mais très largement à droite (80%), les proches de la majorité présidentielle se situant entre les deux (69%). Bien évidemment, les réponses diffèrent fortement selon le secteur d’emploi des personnes interrogées : 75% des salariés du secteur privé sont pour l’augmentation du temps de travail des fonctionnaires contre 1/3 (34%) des salariés du secteur public, directement concernés par cette mesure.
La remise en cause de la sécurité de l’emploi des fonctionnaires, enviée par nombre de salariés, est approuvée par plus d’un Français sur deux (56%) et ne créée étonnamment pas de réel clivage sur l’échiquier politique : 55% des sympathisants de gauche, 54% de ceux de la majorité présidentielle et 59% de ceux de droite s’y disent favorables. Sur cette question, les écarts les plus importants sont mesurés entre habitants de l’agglomération parisienne (73% sont pour) et résidents de communes rurales (49%). Quant aux salariés du secteur privé et du secteur public, ils répondent à l’unisson de manière positive pour 53% d’entre eux.
S’il est une question sur laquelle le clivage gauche/droite est le plus affirmé, c’est bien celle relative à la réduction du nombre de fonctionnaires. Environ 1/3 (36%) des sympathisants de gauche adhèrent à cette proposition quand les 2/3 (64%) des électeurs de la majorité présidentielle l’approuvent, chiffre légèrement inférieur à ceux qui penchent à droite (70%). Les proches du Rassemblement National sont quant à eux parfaitement équilibrés, 50% se disant favorables à cette réduction et 50% s’y opposant.

Enfin, l’idée qu’il faille rémunérer davantage les fonctionnaires coupe à parts égales les Français interrogés : la moitié d’entre eux est favorable à une augmentation des traitements, l’autre moitié n’y souscrit pas. Côté politique, c’est à gauche que cette proposition séduit le plus (63%) et au Rassemblement National le moins (39%). Entre les deux, sympathisants de droite (55%) et de la majorité présidentielle (51%) sont à l’évidence plus partagés.

Enquête sur la hausse des salaires des fonctionnaires

Doublement du salaire des enseignants : 8 Français sur 10 jugent irréaliste la proposition d’Anne Hidalgo

Dans son livre Une femme française publié le 15 septembre, la maire de Paris et candidate à l’élection présidentielle Anne Hidalgo estime qu’il est possible sur un quinquennat de multiplier par deux au moins les salaires des enseignants et de toutes les personnes au contact avec des élèves. Cette affirmation a immédiatement suscité nombre de réactions, une large partie de la classe politique reprochant à Anne Hidalgo de faire preuve de démagogie en avançant une proposition budgétairement bien trop coûteuse.

Regard sur la proposition de salaires de Anne Hidalgo

Les Français interrogés par l’Ifop considèrent eux aussi avec défiance cette perspective puisque 81% la jugent irréaliste, y compris parmi ceux qui s’y déclarent favorables : sur les 46% séduits par l’idée d’un doublement des salaires des enseignants, seuls 9% pensent qu’une telle mesure est de l’ordre du possible. Si cette proposition plait largement plus à gauche (64% d’avis favorables) qu’à droite (34%) ou à proximité de la majorité présidentielle (40%), un petit quart (26%) des lecteurs de gauche la pense réalisable contre 13% des électeurs de droite et 4% de ceux de la majorité présidentielle.

Une insatisfaction qui ne date pas d’hier

Enquête sur la réception du plublic dans les administrations

En 50 ans, le regard porté par les Français sur l’accueil qui leur est réservé dans les administrations a-t-il évolué ? Quasiment pas peut-on conclure en comparant les chiffres enregistrés cette année par l’Ifop avec ceux publiés par le même institut en 1969. La proportion de nos compatriotes considérant que cet accueil n’est pas satisfaisant est identique (54% en septembre 2021 contre 53% en octobre 1969) et montre que la perception majoritairement défavorable des Français à l’endroit de leurs administrations est ancrée dans le temps.

Enquête fonctions publiques vs besoins et difficultés

Enquête fonction publique du département et de la préfecture VS besoins et difficultés

Comme l’indique la suite de l’enquête, cette insatisfaction se nourrit notamment du sentiment que les difficultés rencontrées par la population ne sont pas suffisamment prises en compte par les fonctionnaires. Lorsqu’on interroge spécifiquement les non-fonctionnaires, ils sont 66% aujourd’hui à éprouver ce sentiment contre 44% en 1983, soit une hausse de plus de 20 points en moins de 40 ans.

Enquête effort de l'administrations et les démarches

De même, 57% des répondants estiment en septembre 2021 que l’administration ne fait pas d’efforts pour faciliter leurs démarches contre moins de la moitié (49%) en septembre 1983.

Perdus dans les méandres (et les couloirs) de l’administration

Enquête mésaventure & administration

Dans le détail, très nombreux sont les Français qui ont été confrontés à des situations compliquées au contact de l’administration. La difficulté à trouver un interlocuteur disponible arrive en tête de ces situations, 8 français sur 10 l’ayant déjà vécue. Ils sont aussi nombreux à avoir été bloqués dans leurs démarches parce qu’un document ne leur a pas été fourni (78%), à avoir dû attendre que des agents terminent une conversation personnelle pour que l’on s’occupe d’eux (74%) ou encore, comme plus de 7 personnes sur 10 (71%) à être dirigés vers le mauvais endroit. Il est même arrivé à près de la moitié des personnes interrogées (49%) de se perdre dans les locaux d’une administration.

Enquête sur la représentation des fonctionnaires

Insatisfaits du fonctionnement des services publics et confrontés à des situations qui génèrent souvent perte de temps et agacement, les Français ont naturellement une image mitigée des fonctionnaires en charge de leurs dossiers. Ces derniers sont majoritairement vus comme des privilégiés par 65% des usagers (contre 71% qui pensaient la même chose en 2017) qui, s’ils les jugent compétents pour plus de la moitié d’entre eux (55%) sont minoritaires à les estimer travailleurs (46%) et soucieux de l’intérêt général (42%). Chiffres qui restent globalement stable comparés à ceux de 2017. Enfin, les Français non-fonctionnaires ne sont que 24% à dire que les fonctionnaires sont rapides et 47% qu’ils sont accueillants. On le voit, les marges de progression pour retrouver la confiance du public sont importantes.

Dématérialisation : les Français plutôt satisfaits

Enquête sur la satisfaction de ladématérialisation des services administratifs

Voulue pour faciliter les démarches des usagers qui peuvent ainsi les effectuer depuis leur domicile aux heures qui leur conviennent, la dématérialisation des démarches administratives (ex: carte grise, passeport, permis de conduire,...) est plutôt bien perçue par les Français qui sont près des 2/3 (63%) à en être très ou plutôt satisfaits contre 15% qui affirment n’être pas satisfaits du tout.

Enquête sur la dématérialisation des services administratifs détaillés

Quant aux effets de cette dématérialisation, l’amélioration de l’efficacité des services publics ne saute pas aux yeux des répondants qui ne sont qu’une petite moitié (51%) à juger qu’elle a porté ses fruits en la matière. En revanche, près de 3 Français sur 4 (73%) estiment que les démarches en ligne sont de nature à réduire le nombre d’agents du service public et les 2/3 (66%) à penser qu’elles font faire des économies à l’État.

Étude Ifop pour Cartegrise.com réalisée par questionnaire auto-administré en ligne du 21 au 22 septembre 2021 auprès d’un échantillon de 1 010 personnes, représentatif de la population française âgée de 18 ans et plus résidant en France métropolitaine.

La fonction publique française en quelques chiffres

  • Fin 2019, la France comptait 5,66 millions d’agents publics dont 67% avec le statut de fonctionnaires
    • 2,4 millions d’agents dans la fonction publique d’État (éducation, police, préfectorale…)
    • 1,9 million d’agents dans la fonction publique territoriale (régions, départements, mairies, intercommunalités)
    • 1,1 million dans la fonction publique hospitalière
  • 1 salarié sur 5 en France travaille dans la fonction publique
  • Les femmes sont plus nombreuses que les hommes dans la fonction publique où elles occupent 62% des emplois
  • L’âge moyen des agents est de 47 ans.

Source : Insee 2021

Rédigé par    |   04/10/2021

COMMENTAIRES