Voitures électriques : la deuxième vie des Bluecars d’Autolib’

Publié le
par

Mis à jour le Thursday 5 September 2019

Depuis la fin du service d’autopartage parisien Autolib’ le 31 juillet 2018, de nombreux garages mettent en vente ces fameuses voitures électriques après reconditionnement. Défiant toute concurrence, les Bluecars sont vendus avec batterie et chargeur à des prix imbattables. L’engouement pour ces petites automobiles est grand, d’autant plus que l’achat peut ouvrir droit à la prime à la conversion.

Autolib’ : service d’autopartage à Paris

Lancées en 2011, ces petites voitures électriques grises du service Autolib’ du groupe Bolloré ont longtemps fait partie du quotidien parisien. La mise en place de ce service d’autopartage s’inscrivait dans la volonté de la municipalité de Paris de promouvoir de nouvelles mobilités urbaines en accord avec la politique d’un développement énergétique durable. Après un certain succès dans ces débuts, le déficit considérable du service a poussé la Mairie de Paris à mettre un terme au contrat avec Bolloré en fin juillet 2018 après 7 ans de service. Au grand regret des 150000 abonnés…

Vente après remise en état

Après la fin du service Autolib’, près de 3000 véhicules du constructeur Bolloré – destinés à la casse – se sont retrouvés entreposés sur le parc d’une ancienne usine de Matra dans le Loir-et-Cher. C’est alors que le Garage Caravec à Romorantin-Lathenay a saisi l’occasion pour en reconditionner 250 puis de les revendre à l’unité.

Les Bluecars passent par un programme de remise en état qui comprend une révision technique et une remise en état mécanique. Ensuite les voitures sont nettoyées à l’intérieur et leurs carrosseries sont décapées – sans pour autant effacer les traces du temps et de leur usage antérieur. En clair, les bosses et rayures sur la carrosserie ou d’éventuelles signes du temps à l’intérieur ne sont pas corrigés. Chose que le garage exprime en toute transparence sur le site Web créé spécialement pour cette occasion (adieulessence.com).

Le premier lot de véhicules a été vendu en novembre 2018 sur un parking de supermarché. La Bluecar d’occasion était alors proposé à un prix spécial de 3700 € batterie incluse et une garantie de 6 mois. Une vraie affaire quand on sait qu’une Bluecar est vendue 19.000 € TTC neuve. D’autres garages ont suivi cet exemple de rachat et remise en état des anciennes voitures d’Autolib’. Désormais, il faut compter environ 5000 € pour faire l’acquisition de sa propre petite Bolloré Bluecar.

Des avantages fiscaux et aides financières

En plus du prix d’achat défiant toute concurrence, ces Bluecars reconditionnés sont d’autant plus attractives car l’achat peut ouvrir droit à la prime à la conversion. Pour rappel, l’acquisition d’un véhicule électrique peut permettre de bénéficier de cette aide financière à condition d’une vente pour destruction d’un véhicule polluant.

La mise au rebut doit concerner une voiture diesel immatriculée avant 2001 (pour les foyers imposables) ou avant 2006 (pour les foyers non-imposable) ou d’une essence avec première mise en circulation d’avant 1997. Cette prime à la casse pour l’achat d’un véhicule électrique d’occasion comme ces anciennes Autolib’ reformées peut représenter 1000 € pour les foyers imposables et 2500 € pour les non-imposables.

Pour encourager l’achat de véhicules moins polluants, la grande majorité des régions de France Métropolitaine exonèrent de toutes taxes d’immatriculation d’un véhicule dit « propre ». Sont considérés comme « propres » les véhicules peu ou pas polluant à l’instar des voitures hybrides rechargeables ou électriques. En clair, faire la carte grise pour une petite Bluecar d’occasion coûte dans la plupart des départements uniquement 2,76 € de redevance d’acheminement.

Rédigé par

Rédacteur Cartegrise.com

PARTAGER CET ARTICLE
COMMENTAIRES